Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

On peut manger (en petite quantité) les feuilles de différents palétuviers. Certains animaux ont donné l'exemple aux hommes comme c'est le cas des cercopithèques au Sénégal (Galat et Galat-Luong, 1976) : " Rhizophora est particulièrement apprécié : les animaux en mangent les fleurs, les fruits, l'embryon, les jeunes pousses, les jeunes feuilles, les petits rameaux et la moelle des racines ".

En Inde, les feuilles de Lumnitzera littorea (Synonyme bien nommé : L. coccinea (Gaudichaud-Beaupré) Wight & Arnott) sont parfois mangées comme légumes.

Aux Moluques, les feuilles de Sonneratia caseolaris (Synonyme : S. acida) sont uilisées comme épice.

Les jeunes feuilles de Rhizophora sont susceptibles soit d'être mangées bien cuites, soit de servir à donner un goût original à un plat. Elles sont réputées riches en acides aminés, thiamine, riboflavine, acide folique et coline. En Floride on utilise  les feuilles de Rhizophora mangle préalablement séchées pour fabriquer le "Maritime  Tea". Des tablettes protéinées sont élaborées à partir de ces mêmes feuilles.

Voir
La mangrove des gastonomes 1.


Références

        Galat, G. & Galat-Luong, A., 1976.- La colonisation de la mangrove par Cercopithecus aethiops sabaeus au Sénégal. Terre et la Vie, Revue d’Ecologie Appliquée, 30 : 3-30

        Rollet, B., 1975.- Les utilisations de la mangrove. Journal d'Agriculture Tropicale et de Botanique Appliquée, XXII, n°7-8-9 (pp. 203-237) et n°10-11-12 (pp. 297-340).

Canala JMLno2006 045
Feuilles de Rhizophora apiculata
Tag(s) : #Sujets de réflexion

Partager cet article

Repost 0