Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour G.E. Walsh (1974),  d'un point de vue botanique, la différence entre mangroves des régions humides et mangroves des régions sèches se ferait au niveau de l'épiflore, celle des premières étant beaucoup plus riche que celle des secondes. Par ailleurs, les épiphytes des palétuviers sembleraient moins communs dans les marais maritimes des littoraux africains et malgaches que dans les milieux équivalents de l'Asie méridionale.

 

Il s'agit pour l'essentiel de fougères appartenant à diverses familles et d'Orchidées. Au Gabon, l'orchidée Bulbophyllum sp. est assez facilement observable sur les palétuviers. Par contre les fougères que l'on a l'habitude de voir sur les palmiers se développent bien sur les vieux palétuviers de la mangrove régressive à l'écart des influences marines trop brutales. . Outre les fougères Pyrrhosia lanceolata, Polypodium vulgare, Microsorium punctatum, Oleandra distanta et Microgramma lycopoides, nous avons noté l'abondance d'Asplenium nidus sur les grands Rhizophora

 

Tchamba JML 2007 067

Fougères épiphytes sur Bruguiera en Nouvelle-Calédonie. Photo prise à la Tchamba.
Tag(s) : #Flore et faune

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :