Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

On compterait environ 80 000 ha de mangroves en Guyana, ce petit Etat d'Amérique du Sud coincé entre Venezuela et Suriname (215 000 km2, 750 000 habitants). C'est seulement une partie de marais maritimes autrefois bien plus étendus. En effet dès 1784, date de l'établissement à Georgetown des Hollandais aux dépens des Français, on commence à poldériser, activité hollandaise bien connue. Aujourd'hui plus de 300 000 ha de cultures (canne à sucre et riz, plantes faiblement halotolérantes) sont en-dessous du niveau de la mer, de même qu'une partie des espaces urbanisés côtiers. Toutes ces terres n'ont pas été récupérées aux dépens des mangroves. Une grande partie l'a été aux détriments de prairies et de forêts marécageuses saumâtres. En effet les marais à mangrove de Guyana ont une structure très semblable à celle des marais du Suriname, de Guyane française et de l'Amapa brésilien. Y prédomine Avicennia germinans plus abondant que Laguncularia, Conocarpus et Rhizophora. Les sols sous-jacents sont donc moins sujets à l'acidification quand ils sont mis en valeur. C'est dans la région de Barima-Waini à la frontière du Venezuela que l'on trouve les mangroves mes plus étendues et les plus exploitées traditionnellement (bois, pêche, tanin, etc...). C'est là que les polders sont les moins nombreux.

 

GUYANA Caledonia 2010 GE500

Image Google Earth de 2010 : polders et mangrove à Caledonia sur l'île de Wakenaam

 

GUYANA NewAmster 2010 GE300

Image Google Earth de 2003 : polders et mangrove à New Amsterdam

 

GUYANA NW 2005 GE1km

Image Google Earth de 2005 : polders et mangrove à Hackney (Pomeroon-Supernaam)

Tag(s) : #Sujets de réflexion

Partager cet article

Repost 0